TOURS - CLUB DE FOOTBALL

Toute l'actualité du club de Tours, les résultats et toutes les news en direct ! Blog non officiel et indépendant du Tours FC


Interview du président Jean-Marc Ettori sur France Bleu Corse

Publié le 27 Octobre 2014, 18:43pm

Le président Jean-Marc Ettori était l'invité de la radio France Bleu RCFM ce lundi soir. Il s'est livré sans détour, reprenant même plusieurs fois les journalistes qui parlaient de "FC Tours" au lieu de "Tours FC". Retranscription ci-dessous.

Interview du président Jean-Marc Ettori sur France Bleu Corse

Le départ d'Olivier Pantaloni ne s'est pas fait à l'amiable ?
« Non puisqu'il s'agit d'une séparation qui n'a pas été concertée. Le service juridique de la Ligue va alors trancher pour savoir qui a raison ou non. 

Le recours auprès de la LFP va bloquer Olivier Pantaloni ...
Ce n'est pas de ma faute, il faut réfléchir avant de faire quelque chose. Il faut en parler. Jamais Olivier Pantaloni ne m'a parlé, ne m'a envoyé un texto ou même parl d'un problème. Quand j'ai repris Tours, c'est pourtant lui qui est venu me parler pour que je l'engage. Mais là, je jure qu'il ne m'a jamais appelé.

Cela vous a surpris ?
Tout à fait. A 11 heures, il convoque les joueurs et à 15 heures, il envoit un courrier comme quoi il arrête. Lors d'un CDD, on doit aller au bout. Je pense qu'il espérait attendre le plus longtemps possible pour obtenir des indemnités. Mais là, dans la mesure où il s'en va en laissant le club en difficulté, c'est nous qui allons demander des dommages.

Après une bonne saison, les ambitions n'ont-ils pas été revues à la baisse ?
On a un championnat sportif d'un côté et un championnat économique qui relève de la DNCG. Celle-ci a décidé début août qu'on n'avait plus le droit de recruter, même un joueur gratuitement en prêt, en plus de nous baisser notre masse salariale ! Que voulez-vous donc que je fasse ? Ce n'est pas un problème de volonté de ma part.
Mais de toute façon, quand j'ai proposé un joueur comme Jérémie Bréchet (défenseur central) qui fait aujourd'hui le bonheur du Gazélec d'Ajaccio, Olivier Pantaloni m'a dit qu'on avait pas besoin d'un joueur à ce poste. Je lui ai aussi proposé Alassane Pléa (milieu offensif formé à Lyon et aujourd'hui à Nice) et il m'a répondu qu'on en avait pas besoin également. "Il faut faire confiance aux jeunes, ne plus faire venir à Tours des joueurs qui n'ont rien prouvé m'a-t-il dit". »