TOURS FOOTBALL CLUB

Toute l'actualité du Tours FC, les résultats et toutes les news en direct ! Le blog et rendez-vous des supporters tourangeaux


Un Vert de déjà-vu ! (1981-1982)

Publié le 20 Janvier 2015, 05:30am

Catégories : #Souvenirs

Réouverture de notre rubrique concernant l'histoire du club. Place à ce Tours - ASSE synonyme de record d'affluence à la Vallée du Cher. Une chronique toujours agrémentée par Philippe qui nous fait gracieusement partager ses archives.

Rep prend de vitesse Marais sous les yeux de Steck et Princet

Rep prend de vitesse Marais sous les yeux de Steck et Princet

Le tirage au sort des 16èmes de finale de la Coupe de France qui va voir Tours recevoir sur sa pelouse Saint-Etienne nous donne l’occasion de nous pencher sur le bilan des confrontations anciennes. Relevons d’abord qu’en Coupe, la seule confrontation entre les deux formations a vu les Verts (alors en Division 2) éliminer les Bleus (Division 1) 1-0 sur terrain neutre lors de la saison 1984-85 au stade des 32èmes de finale. Si l’on examine les résultats des matches précédents des deux clubs dans l’Élite, le constat est tout aussi négatif. Tours a eu à trois reprises l’opportunité à domicile de venir à bout de Saint-Etienne. Trois occasions, trois échecs, trois défaites donc : 1-3 (saison 1980-81), 3-4 (saison 1981-82) et 0-2 (saison 1982-83).

Coup de projecteur sur le match de la saison 81-82 parce qu’il reste gravé dans la mémoire de tout vieux supporter tourangeau en terme de spectacle, de densité offensive et parce qu’il a permis de battre le record d’affluence à la Vallée du Cher avec 22.000 spectateurs.

Cette fameuse saison 81-82 est celle du meilleur parcours du FC Tours en Division 1. L'équipe terminera à la 11ème place du championnat et manquera d’un rien une place en finale de la Coupe de France (élimination contre le Paris Saint-Germain aux tirs au but). La rencontre de gala tant attendue (les Verts ont toujours fait recette) se présente à l’occasion de la 18ème journée. Elle est d’autant plus excitante que Saint-Etienne est alors leader du championnat et terminera dauphin de Monaco, même si personne ne le sait encore.

FC Tours : Desrousseaux - Simondi, Steck, Brulez (cap.), Marais - Lacombe, Dehon, Maroc - Princet, Onnis, Ferrigno. ASSE : Castaneda - Battiston, Gardon, Lopez (cap.), Janvion - Larios, Platini, Zanon - Rep, Nielsen, Nogues.

Match curieux auquel le public aura droit, car si l’avalanche de buts à laquelle il va assister semble logiquement découler de l’analyse de la composition offensive des deux équipes, celles-ci pratiqueront en réalité et presque constamment un 4-4-2 de la plus belle eau, agrémenté de marquage individuel strict et d’absence de prise de risque inconsidérée. Mais pour notre plus grand plaisir ce soir-là, les attaques vont étrangement prendre le pas sur des défenses qui ont décidé de la jouer «portes ouvertes».

« La fête aux attaquants » (L'Équipe)

Après un début très prudent de la part des deux formations, c’est Saint Etienne qui ouvre le score par Platini à la réception d’un ballon de Rep sur corner dont la trajectoire est mal jugée par Guy Lacombe (12ème) : 0-1.

Tours égalise rapidement par Onnis qui de la tête reprend un centre de Jean-Philippe Dehon (18éme) : 1 partout.

Le jeu s’emballe, les occasions se font plus nettes et les Bleus prennent l’avantage avant la pause par Lacombe, le revanchard, à la suite d’un bijou de combinaison entre Brulez, Dehon et Maroc (40ème) : 2-1.

Las, manque de concentration, excès d’euphorie, une double erreur défensive de Desrousseaux d’abord, Marais ensuite, permet à Johnny Rep d’égaliser dans la minute suivante : 2-2 à la pause.

Johnny Rep marque de près le second but de sa formation malgré une parade désespérée de Jean-Marc Desrousseaux (41e)

Johnny Rep marque de près le second but de sa formation malgré une parade désespérée de Jean-Marc Desrousseaux (41e)

Le public tourangeau qui n’en demandait pas tant est ravi du spectacle mais il n’a encore rien vu ... Il ne sait pas qu’il va voir ses couleurs reprendre l’avantage 10 minutes après la reprise, Onnis étant à la réception d’un centre de Bernard Simondi : 3-2 !

Les tourangeaux, qui n’ont pas retenu les leçons de la première période, se font immédiatement rejoindre au score sur un tir de Zanon consécutif à une nouvelle erreur défensive (55éme) : 3-3. Ce qui provoquera l’amertume d’Yvon Jublot, directeur sportif du F.C.T. : « Il y a certaines formations contre lesquelles il vaut mieux ne pas faire de cadeaux. Saint-Etienne en fait partie. Malheureusement, j’ai l’impression que nous l’avons oublié ».

Parole d’or. A la 68ème minute, Michel Platini, sur un corner contesté par les tourangeaux, centre pour l’intenable Rep qui crucifie Desrousseaux d’une frappe imparable du gauche : 3-4.

Cruel pour Tours qui ne reviendra pas au score et ne méritait pas un tel dénouement, jetant ses dernières forces dans la bataille de l’égalisation et manquant d’arracher celle-ci à la 78ème minute par l’infernal Onnis, qui après un superbe amorti poitrine, croise un tir qui passe à quelques millimètres du poteau de Castaneda ...

Affrontement en milieu de terrain, Michel Platini tente d'échapper à Thierry Princet

Affrontement en milieu de terrain, Michel Platini tente d'échapper à Thierry Princet

Défaite donc du FC Tours mais magnifique soirée de football avec du spectacle, de l’intensité, du suspense, des buts. Faut-il demander plus ? Oui, selon Delio Onnis, interrogé à la sortie des vestiaires : « D’accord j’ai marqué deux fois, d’accord le public repart chez lui heureux d’avoir assisté à un bon spectacle, mais, en définitive, ce qui est important c’est que ce soir Tours n’a gagné que des figues, rien du tout, zéro. Point ! » Une contre performance qui reste donc en travers de la gorge du goleador qui n’hésite pas à préciser sa pensée : « J’ai l’impression que nous avons joué à 11 contre 12. Face à Saint-Etienne, c’est toujours la même histoire. Un petit coup de pouce par ci, un autre par là et la balance finit par pencher en leur faveur. C’est déplorable ».

L’entraîneur tourangeau Hendrikus Hollink polémiquera moins : « Saint-Etienne a vraiment joué avec le bon Dieu. Ce soir, tout réussissait aux Verts. Il aurait fallu un miracle pour que nous les battions ».

Alors, simple malchance ou malveillance arbitrale ?

A la vérité, l’examen des performances du FC Tours contre les « grosses » équipes de ce championnat 1981-82 (Monaco, Nantes, Saint-Etienne, Sochaux, Bordeaux) montre que celui-ci a bien été incapable de battre une seule de ces cinq équipes, que ce soit à domicile ou à l’extérieur. Signe qu’il manquait tout simplement quelque chose aux Bleus pour leur permettre de viser autre chose qu’une excellente place en milieu de tableau de ce championnat de D1.

Saint-Etienne refoulera donc la pelouse du Stade de la Vallée du Cher le 21 janvier 2015 et les Bleus sont prévenus, même s’il ne semble pas y avoir grand rapport entre les deux époques. Pourtant, le temps ne fait rien à l’affaire. A plus de trente ans de distance, au travers de leurs expériences malheureuses, les anciens ont montré l’exemple et donné aux nouveaux toutes les clefs de la réussite.

Oncle Phil

Karim Maroc, nouveau maître à jouer du FC Tours, se heurte à Christian Lopez

Karim Maroc, nouveau maître à jouer du FC Tours, se heurte à Christian Lopez

Commenter cet article

shmich 21/01/2015 06:38

J'y étais à ce match, si Delio semblait en vouloir à l'arbitre, peut être que le fameux Paul Truchon de la NR y avait mis du sien ! Mais quelle saison cette année là avec souvent du beau spectacle et beaucoup des buts à Tours. Le départ non prévu de K. Maroc en tout début de saison suivante aura tout détraqué... et pour longtemps, que se serait-il passé si le FCT s'était aligné sur le salaire proposé par Brest car par ailleurs il y avait eu un beau recrutement ?

banni du ciel 20/01/2015 18:53

pouh on parle que ADNANE va nous trahir pour aller à BREST ,autant abandonner l'idée de se maintenir c'est le seul attaquant régulier qu'on avait qui permettait de metre ce premier but tellement important ,je ne vois qu'un retour de DELORT pour se fondre dans le collectif ,parce que recruter un autre joueur de l'étranger en prêt certainement ,il faudra un temps d'adaptation et le temps passant ,si aucun autre buteur ne nous aide (je compte absolument pas sur Kouakou ,ce gus est nul et tombe tout le temps ...il ne sait pas dribbler court ,trop rapide il oublie le ballon ,franchement basta ...
autant faire monter un jeune ,pourquoi ne pas avoir crû en ROUSSEAU qui marquer but sur But en réserve ,il fallait le garder ....BEDIA on l'a bien vu il marque rien ,il fait rien en L2 dès qu'il a jouer ,
il nouys fallait un joueur sans complexe et Rousseau lui ne se posait pas de question ...
ce club ne sait pas utiliser ses jeunes parfois ,on avait laissé partir Beleau ,Laval en a fait un arrière droit ..au moment justement où nous on s'en chercher un...
on avait récupéré Trits et on avait CETOUT qui ronger son frein pour jouer milieu ...Bellau était polyvalent à l'époque il pouvait jouer aussi ailier où on manquer de monde

banni du ciel 20/01/2015 18:32

j'y était et je devait sauter parce que je n'avait pas d'escabeau pour voir ,arrivé trop tard on avait que des places populaire Debout

Nico37 20/01/2015 17:54

Je n'ai pas pu vivre cette époque mais quand je vois des articles du FCT des années 80 je les dévore. Si on monte en L1 un jour j'espère qu on aura une équipe compétitive pour rester au millieu du tableau j'ai tellement cru pendant la saison 2008-2009 et puis aussi l'année derniére. On va se maintenir pour remonter petit à petit pour qu un jour je vois le TFC en ligue 1. Vivement demain soir pour cette belle soirée peut importe du score car l'ambiance sera là pour pousser nos bleus à la victoire qui sait.

ARCus 20/01/2015 09:47

dameron tu te trompe de secteur et arrete de pleurnicher stp

dameron jerome 20/01/2015 08:43

et le championnat? est ce que l on va s en sortir?????????? faut prendre 23 points je crois qu avec nos 12 defaites ca sent la mouise..............

allez37 20/01/2015 18:39

non face à Troyes c'est juste le Goal qui nous chie son match sinon on faisait jeu égal,en dehors de _çà et une première occase au second poteau que personne ne touche ,Troyes ne nous met pas hors de position ,ils avaient le ballon ,on trembler mais on était pas hors de position ,c'est donc bien le Goal par inexpérience et fébrilité et aussi surtout le second but ,le centre est pile sur le goal faut pas déconner merde
( mauvaise habitude de boxer les ballons )(çà c'est Biancarelli qui pousse les goals dans ce sens ,depuis son arrivée en 209/2010 Biancarelli pousse ses goals à boxer dans toutes les positions des ballons qui sont souvent captables au demeurant comme l'était celui face à TROYES ...,..
perso ,y'en a marre ,combien de buts encaissés de cette façons depuis 2009 ,les ballons retombent à 80 % dans les jambes des attaquants adverse ou des milieux adverse le plus souvent faudrait peut être s'en rendre compte Monsieur Biancarelli et faire quelque-chose ...on perd des matchs bêtement cette saison ..encore et toujours comme d'hab ,)

TOURS FOOTBALL CLUB 20/01/2015 11:41

Profitez mon cher Jérôme, respirez un peu et savourez ce récit d'archives et ce match alléchant face à l'ASSE dans un stade plein. C'est trop rare pour faire la fine bouche.

luc 20/01/2015 08:12

et oui belle epoque les joueurs pouvaient communiquer il n y avait pas les casques sur les oreilles ils etes jeunes mais pas des branleurs il y avait du respect delio onnis qui revient a tours quelques jours brave mec

y j 20/01/2015 06:00

la belle époque a la vallée du cher on voudrais revenir en arrière

jacky37 20/01/2015 07:56

Souvenirs, souvenirs...