TOURS - CLUB DE FOOTBALL

Toute l'actualité du club de Tours, les résultats et toutes les news en direct ! Blog non officiel et indépendant du Tours FC


Bryan Bergougnoux : «C’est une question d’honneur»

Publié le 27 Mars 2017, 05:00am

L'ancien capitaine tourangeau, étrangement non utilisé pendant tout l'hiver, est en train de retrouver la forme grâce au changement de coach. En seulement 10 titularisations, Bryan Bergougnoux a délivré 5 passes décisives et inscrit 3 buts en Ligue 2 cette saison.

Il a répondu aux questions de maligue2.fr

On a vu qu’en deux victoires on est sorti de la zone rouge, ça veut dire que nos adversaires ont aussi cette capacité. Il ne faut pas s’enflammer, on sait juste qu’on est sur la bonne voie mais j’espère que tout l’effectif est conscient que le plus dur est devant nous.

Le Red Star, Laval, ne nous donneront pas de points. On sait aussi d’où on vient, il faut continuer à travailler et à jouer avec la même philosophie.

- Bryan Bergougnoux -

Avez-vous vécu le départ de Fabien Mercadal comme un soulagement ?
Non, au contraire. Je suis surtout déçu de ne pas avoir réussi à ce que cela fonctionne entre nous. Ce n’est pas quelqu’un qui a triché, je ne lui souhaite aucun mal. J’aurais aimé que ça marche, malheureusement parfois c’est comme ça… Si quelqu’un, dans l’équipe, voudrait mettre l’accent sur lui en disant que c’est de sa faute, que c’était lui le problème, ce serait le premier des menteurs. Le problème vient des joueurs, nous n’étions pas à la hauteur. Ce serait une excuse et un raccourci beaucoup trop simple. Le soulagement, pour moi, c’est surtout de rejouer et de pouvoir faire ce que j’aime. Je n’ai aucune animosité envers Fabien Mercadal.

Votre retour coïncide avec une embellie des résultats, ça a du faire du bien à beaucoup de monde de vous retrouver dans le groupe professionnel ?
Je pense que c’est avant tout la patte de Nourredine El Ouardani. C’est quelqu’un qui débute, honnêtement j’avais un petit peu peur que son discours soit « On ne prend pas de risques, on défend bien… » On est un effectif qui n’a pas envie de ça, il l’a compris très vite et a imposé un jeu fait de possession de balle, d’envie d’aller de l’avant, de faire subir plutôt que de subir. C’est aussi dans sa philosophie mais il a su voir que c’est ce qui correspondait exactement au groupe. C’est vraiment lui, bien plus que n’importe quel joueur, le déclencheur de ce renouveau.

Enfin, comment gérez-vous l’environnement particulier autour du Tours FC cette saison ?
C’est difficile et je pense que ça nous dessert un peu. L’image qu’on peut avoir du Tours FC est aussi faussée, on n’est pas un club et une équipe de voyous. Chaque année, il y a des gens qui luttent au sein de ce club, à tous les étages, du président aux femmes de ménage, pour que ce club existe. Nos intendants font un travail énorme tous les jours, sans rechigner. Chaque année, la direction fait des énormes efforts pour que l’on puisse passer la DNCG. Quand je vois l’image que les gens ont du Tours FC, ça me déçoit, surtout qu’elle est disproportionnée par rapport à la réalité des choses.

Vous avez vous aussi, joueurs, un rôle à jouer pour redorer le blason du Tours FC et repartir sur de bons rails l’an prochain en Ligue 2 ?
Clairement. Avant le match d’Orléans, j’ai pris la parole pour dire aux joueurs que je n’étais jamais descendu dans ma carrière. C’est une question d’honneur, de fierté, il faut que chacun d’entre nous évite cela. Ce n’est jamais bon dans une carrière. Je ne compte pas les quatre points d’Orléans, j’ai dit au groupe qu’il fallait se sauver au-delà de ces quatre points !

Bryan Bergougnoux : «C’est une question d’honneur»