TOURS - CLUB DE FOOTBALL

Toute l'actualité du club de Tours, les résultats et toutes les news en direct ! Blog non officiel et indépendant du Tours FC


Interview Jean-Guy Wallemme, entraîneur du RC Lens

Publié par TOURS FOOTBALL CLUB sur 28 Mars 2009, 01:57am

Catégories : #Saison 2008-2009 : Ligue 2


Jean-Guy Wallemme, entraîneur du RC Lens : « Faire le boulot à domicile »


A trois jours de la réception de Tours au stade Bollaert, Jean-Guy Wallemme a répondu aux questions des journalistes présents, ce vendredi midi, dans l'amphithéâtre de la Gaillette. L'occasion pour le coach lensois de parler du prochain adversaire des Sang et Or et d'effectuer une large revue d'effectif ...



Jean-Guy, pouvez-vous faire un point sur l’effectif ?

Par rapport aux Internationaux, le travail consistait à avoir un contact direct avec les différents sélectionneurs pour faire en sorte que nous puissions récupérer le plus de joueurs possible. Il faut espérer qu’ils jouent le moins possible dans leur sélection. Ce n’est jamais évident puisqu’ils représentent leur pays et que, pour certains, ils nourrissent une certaine ambition par rapport à leur équipe nationale. Mais, nous aussi, nous avons un objectif prioritaire. Il fallait trouver un juste milieu dans une bonne entente. Nous espérons donc retrouver une majeure partie des joueurs au plus tard dimanche. C’était donc une semaine un peu particulière au niveau du travail. Il faut entretenir ceux qui sont là, sans pouvoir travailler beaucoup de choses. Nous espérons aussi que ceux qui sont partis en sélection ne reviennent pas amoindris. Il faut avoir un effectif cohérent face à Tours. Quant aux blessés, Razak Boukari a repris le footing cette semaine. Je pense que ce sera compliqué pour le match face à Amiens. Il reviendra peut-être pour Strasbourg. Sébastien Roudet revient bien. Il s’entraîne, au quotidien, avec Cyril Moine. Aruna Dindane va reprendre lundi. Grégory Vignal s’est blessé il y a deux jours mais ce n’est pas méchant… Nous avons une petite carence offensive mais ce n’est pas pour autant que nous avons fait des matchs nuls. Face à Ajaccio, nous avons eu des occasions. C’est l’efficacité qui n’a pas été au rendez-vous que ce soit dans la dernière passe ou le dernier geste. Il faut régler cela avec les outils que nous avons en ce moment.

Y a-t-il des joueurs que vous êtes sûr de récupérer ?

Il y en a un qui ne jouera pas c’est Sidi Keita puisqu’il est suspendu. S’il ne revient pas à temps, c’est un moindre mal.

Quelques joueurs ont des matchs mardi. N’est-ce pas gênant puisque Lens-Tours se joue lundi ?

Nous avons essayé de faire en sorte qu’ils jouent plutôt le premier match. C’est le cas de Kevin Monnet-Paquet avec les Espoirs français. Donc, logiquement, il devrait revenir en fin de semaine.

Etes-vous impatient d’être à lundi ?

Forcément. Nous allons retrouver Bollaert où que nous avons laissé  en délicatesse. A la fin du match, face à Ajaccio, il y a eu des sifflets. C’est normal cela fait partie du jeu, et c’est notre métier. Ce qui me dérange un peu plus, c’est lorsque cela arrive pendant le match. On parle de rassembler un peu tout le monde… L’objectif des supporters, c’est aussi que le club remonte donc nous avons un intérêt commun. Qu’ils soient mécontents à la fin du match, c’est compréhensible. Mais pendant le match, quelles que soient les qualités et les défauts de certains joueurs, cela n’aide pas l’équipe et le club.

Même si vous êtes toujours leader de la Ligue 2, on a l’impression que vous n’êtes pas à l’aise…

Qui vous dit que nous sommes mal ? Nous sommes conscients que nous ne sommes pas très performants dans le jeu mais, encore une fois, nous n’allons pas nous voiler la face. J’ai regardé Strasbourg-Angers, et je n’ai pas vu grand-chose dans le jeu non plus… Cela s’est souvent joué sur coups de pied arrêtés. De notre côté, nous travaillons les coups de pied arrêtés, nous essayons de faire des choses cohérentes au quotidien et à l’entraînement. Mais nous ne l’avons pas assez retrouvé pendant les matchs. Nous sommes les premiers critiques envers nous-mêmes. Mais, au niveau de l’ambiance, il n’y a aucun souci !

Si le groupe est serein, comment expliquez-vous que cela ne se reflète pas sur le terrain ?

Il y a une crainte de mal faire par rapport à cette ambition. En tout cas, avec le staff, nous ne l’avons jamais fait ressentir. Nous avons toujours essayé d’avoir un discours très professionnel et conscient. Nous savons que nous sommes attendus à chaque match et que, face à Guingamp, même si cela n’a pas été extraordinaire, il ne faut pas oublier que cette équipe ressemble à quelque chose. Nous avons pris un point donc nous avançons, malgré tout. Nous nous en contentons même si nous savons que cela ne suffit pas. A l’extérieur, un point peut être intéressant mais il faut faire le boulot à domicile. Le match de Tours est donc primordial !

Lens-Tours peut-il être déterminant pour la suite du championnat ?

C’est important pour nous car, là-bas, nous sommes passés pour des « baltringues » ! Il y a des mi-temps lors desquelles nous n’avons pas été très bons mais, là, c’était pendant tout le match ! Les joueurs sont conscients de cela. Je suis sûr qu’ils ont de l’orgueil et de la fierté. Donc, s’ils se rappellent de ce match aller, la motivation viendra d’elle-même. Mais cela ne suffira pas, il faudra du contenu. A nous d’avoir cet équilibre.

Que craignez-vous le plus des Tourangeaux ?

C’est une équipe qui sera libérée et qui n’a pas forcément d’objectifs si ce n’est, éventuellement, de venir titiller Lens et de finir le mieux possible la saison. Elle sait qu’elle va se maintenir. Elle va venir jouer devant pas mal de monde alors qu’elle n’a rien à perdre.

Y a-t-il une grosse crainte de jouer à Bollaert ?

Non. Cela doit être une force de jouer à domicile par rapport à notre public ! Même s’il est exigeant et qu’il a raison. Mais dans l’exigence, il faut qu’il y ait un équilibre. Il ne faut pas que les supporters aillent à l’encontre de nos intérêts. Il y a d’autres manières de démontrer cette exigence.

Avez-vous la sensation que c’est le sprint final ?

Ce n’est pas une sensation mais une vérité. Plus on approche de l’échéance, plus c’est important de bien négocier les futurs résultats. Tout point pris va compter.

Après Metz, on a eu le sentiment que Lens levait le pied…

Non. Il y a eu notamment le match face à Troyes qui a fait très mal car nous avons perdu plus que des points ce jour-là. Quatre joueurs ont été mis sur le carreau ! On peut parler de l’arbitrage. Lundi, ce sera monsieur Chapron qui arbitrera. Nous allons donc rester tranquilles. Nous savons que ce n’est pas lui qui va faire basculer le match, en tous cas, je l’espère… Nous jouons chez nous et nous n’avons pas eu beaucoup de penalties. Je pense que Toifilou Maoulida, même s’il tombe et qu’il avait la tête coupée, n’en aura plus ! C’est peut-être ce match de Nîmes [Ndlr. Toifilou Maoulida avait marqué un but alors qu’il y avait main] qui est resté dans les esprits de tous les arbitres. Je ne veux pas que l’on nous avantage. Je veux un juste milieu et de l’objectivité.



Propos recueillis par Leïla Talbi - www.rclens.fr