TOURS FOOTBALL CLUB

Toute l'actualité du Tours FC, les résultats et toutes les news en direct ! Le blog et rendez-vous des supporters tourangeaux


Interview Fatih Atik avant Tours FC - Montpellier HSC

Publié par TOURS FOOTBALL CLUB sur 21 Mai 2009, 13:31pm

Catégories : #Saison 2008-2009 : Ligue 2


Fatih Atik, milieu offensif du Tours FC : « Ca fait grave plaisir »



Cliquez pour voir l'image en taille réelle


On peut être poids léger et tourner la tête aux poids lourds ! D’un dribble déroutant, d’un contre-pied à terre, d’un amorti meurtrier, d’un contrôle orienté, le poids léger vole dans les plumes du poulet nourri au grand air...
« Tout dépend de l’adversaire, en fait. Parfois, je repique au centre pour éviter le contact, parfois, je tente le débordement, je provoque. »
 
5 buts, 8 passes

C’est un plaisir de voir jouer les 1,75 m et 70 kg de Fatih Atik (qui n’est si petit que ça, finalement). Il ne s’est pas éclaté au soleil montpellierain où il a été formé, mais en Touraine. Sa plus belle saison.
« Oui, on peut dire ça comme ça... Quand tu sors d’un centre de formation, tu fais partie des meubles. A Montpellier, on ne m’a pas laissé jouer comme je savais. A Tours, pour la première fois, je joue comme j’aime et je sais... »
Les chiffres assomment l’adversaire : 5 buts et 8 passes décisives, 34 matchs disputés sur 38 ! Un pion essentiel sur l’échiquier de Sanchez. Épanouissant.
« Vivre une fin de saison pareille est excitant. Et terminer la saison par Montpellier pour pouvoir monter, ça fait grave plaisir ! Quand on est capable de battre Angers, Boulogne et Strasbourg, on peut battre Montpellier. Surtout qu’ils ont plus à perdre que nous. Eux sont deuxièmes, pas nous. Et franchement, venir à Tours et recevoir Strasbourg, ce n’est pas un cadeau pour eux ! » L’amusant, c’est que Fatih retrouvera sa bande de copains du centre de formation. « Je connais les trois quarts des joueurs. Mais cette semaine, plus de coups de fils, c’était la guerre ! » Fatih sourit de cette guerre... psychologique, de cette guerre des boutons, de ce jeu entre potes. Il s’est fait son petit scénario :
« Il faut démarrer comme contre Strasbourg. Mettre le feu d’entrée. J’adore jouer en 4-4-2, ça offre plein de solutions. »
Fatih Atik connait son football et son arithmétique. « Quand tu joues avec un seul attaquant, tu te retrouves à cinq en milieu et tu passes ton temps à défendre. » Ce qui s’est passé à Amiens.
« Avec deux attaquants, même quand tu es ballotté comme à Reims, tu arrives à te créer au moins deux occasions. »
En terme stratégique : la meilleure défense, c’est l’attaque.

 

 

J.-E. Zabrodsky - La Nouvelle République



Commenter cet article