TOURS - CLUB DE FOOTBALL

Toute l'actualité du club de Tours, les résultats et toutes les news en direct ! Blog non officiel et indépendant du Tours FC


Interview André Biancarelli

Publié par TOURS FOOTBALL CLUB sur 3 Juillet 2009, 12:38pm

Catégories : #Saison 2009-2010 : Ligue 2


Première interview d'André Biancarelli, le nouvel entraîneur des gardiens du Tours FC. Il arrive directement de l'AS Monaco.




Les nouvelles têtes tourangelles : (En haut) : Biancarelli, Gache, Adjet, Mallein, Sanchez, Fabre, Sopalski, Bernard (Président TFC Association) ; (En bas) : Hardoin (Vice-Président), Sebag (Président), N'Ganga, Yenga, Belaud, Genevois, Talot (Vice- Président).




André, pourquoi avez-vous choisi de rejoindre le TFC ?


« D'abord parce qu'à Monaco, on ne m'a pas permis de continuer ma mission (il y entraînait les gardiens depuis trois saisons après avoir été joueur de la Principauté de 2000 à 2006). Un nouvel entraîneur est arrivé (Guy Lacombe) avec son staff. Ça fait drôle au début parce que j'étais attaché au Rocher, mais c'est ainsi.

J'ai eu une proposition très nette de Valenciennes puisque Nicolas Penneteau avait souhaité que je l'entraîne. Montanier (le nouvel entraîneur de VA), pour des raisons personnelles, n'a pas souhaité que cela se fasse. C'est alors que Daniel Sanchez m'a appelé. C'est un des seuls entraîneurs qui l'a fait. On a discuté pendant une demi-heure. J'ai ensuite eu des contacts avec Max Marty (le manager du TFC). J'ai apprécié la démarche. Même si cela ne s'était pas finalisé, j'aurai eu du respect pour eux. Ils ont démontré qu'ils avaient envie de m'avoir et cela m'a plu. Je n'ai signé qu'un an pour l'instant mais je ne suis pas venu en touriste ! »



Monaco est une belle école de gardiens de but…


« En 2000, quand je suis arrivé là-bas, on m'a dit : Dédé, tu vas défendre le patrimoine de la principauté. On me l'a transmis. On ne m'a pas permis de continuer à Monaco mais je vais m'en servir à Tours. En fait, pendant six ans, j'ai énormément appris avec Jean-Luc Ettori. C'est mon maître. L'école monégasque, c'est une très bonne école. C'est l'école du travail. Quand on y est entraîneur des gardiens, on est proche d'eux, tolérant, ambitieux. Tout est dans la qualité du message transmis. Tout le monde peut faire des frappes, faire travailler physiquement. Mais il faut avant tout donner des repères aux gardiens. Leur expliquer ce qui peut arriver durant un match et quoi faire pour y répondre car à ce poste, il y a une grosse part de mental. »


Avant d'arriver à Tours, connaissiez-vous déjà Romain Salin et Jérémy Sopalski ?


« Non mais j'ai appelé Fred (Guéguen qui a rejoint le staff du Havre) pour me renseigner sur Romain et j'ai parlé de Jérémy avec Max (Marty) qui le connaît bien. Il y a déjà de très bonnes bases. »


Ils se retrouvent en concurrence. Une situation que vous avez déjà connue ?


« Non parce qu'à Monaco, la hiérarchie était toujours bien établie. Mais que l'on soit clair : je ne suis qu'un informateur, pas un décideur. Moi j'entraîne tous les gardiens de la même façon et c'est Daniel (Sanchez) qui fera les choix ! Ce que je souhaite avant tout, c'est que les gardiens soient décisifs et rapportent un certain nombre de points cette saison au TFC. »


La Nouvelle République