TOURS FOOTBALL CLUB

Toute l'actualité du Tours FC, les résultats et toutes les news en direct ! Le blog et rendez-vous des supporters tourangeaux


La mairie et le club main dans la main ...

Publié par TOURS FOOTBALL CLUB sur 7 Juillet 2009, 13:22pm

Catégories : #Saison 2009-2010 : Ligue 2


Majorité et opposition se sont accordées sur l'intérêt de soutenir le Tours FC dans sa quête d'une accession en Ligue 1. Mais pas à n'importe quel prix.
 

http://www.lanouvellerepublique.fr/dossiers/actu/photos/_recupauto/TFC_237015_1.jpg


Était-ce la proximité des vacances ou bien l’envie de s’échapper un peu d’un ordre du jour conséquent ? Toujours est-il que le conseil municipal de Tours s’est offert une longue digression sportive, hier, en prenant prétexte du rapport de la chambre régionale des comptes sur la gestion de la société anonyme de sport professionnel (SASP) en charge de l’équipe première du Tours FC.
Ledit rapport, qui commence il est vrai à dater un peu, n’était pourtant pas tendre pour le club tourangeau, définissant ses relations avec la municipalité comme « peu transparentes et conflictuelles ». Oui, mais c’était entre 2004 et 2007, c’est-à-dire, à l’échelle d’une histoire sportive qui avance particulièrement vite, il y a très longtemps.
« S’il y a eu certaines tensions, c’est parce que je défendais les intérêts de la ville », a justifié Jean Germain, en agitant le souvenir de déficits conséquents et récurrents que le contribuable était jadis invité à combler. Aujourd’hui, plus de trous à boucher puisqu’à Tours, le football professionnel est devenu une affaire privée, ce dont s’est félicité Bruno Lavillate (UMP).
« En la matière, je salue votre politique libéralo-socialiste », a-t-il lancé au maire, se félicitant que des intérêts privés et une volonté municipale puisse se conjuguer pour permettre au TFC d’accéder, à terme, à la Ligue 1. Et s’il s’est ensuite frictionné avec une délégation communiste qui a fustigé la « marchandisation » du sport, tout le monde s’est entendu pour défendre « les valeurs de l’olympisme » et l’intérêt de soutenir le football, discipline éminemment « populaire ».
 
Des capitaux privés pour un grand stade ?

Bref tout baigne entre le club et la mairie, mais les dirigeants du Tours FC vont néanmoins devoir se débrouiller en grande partie par eux-mêmes s’ils veulent réunir le budget nécessaire à l’agrandissement du stade. « Un bureau d’études a chiffré le montant des travaux à 35,5 M€ hors taxes, rappelle la cour des comptes du Centre dans son rapport, mais selon la collectivité, le coût global de l’opération se situerait plutôt vers 55 millions d’euros. »
Et là, Jean Germain annonce d’emblée la couleur. « La région, le conseil général, l’agglo et la ville sont décidés à aider à la modernisation de cet équipement et à mettre en place un centre de formation, a-t-il souligné. Pour le reste, l’investissement n’est pas à la hauteur des moyens des collectivités, surtout en ces temps de difficiles économiques et sociales. » La solution : un bail emphytéotique - lorsque la loi le permettra - qui attribuerait la gestion du stade au Tours FC pour 15 ou 20 ans, charge à lui de trouver des investisseurs privés pour mener à bien son grand oeuvre. Un match qui n’est pas gagné d’avance !



La Nouvelle République - Christophe Gendry


Commenter cet article