TOURS - CLUB DE FOOTBALL

Toute l'actualité du club de Tours, les résultats et toutes les news en direct ! Blog non officiel et indépendant du Tours FC


Interview Chahir Belghazouani avant RC Strasbourg - Tours FC

Publié par TOURS FOOTBALL CLUB sur 27 Octobre 2009, 02:24am

Catégories : #Saison 2009-2010 : Ligue 2


Chahir Belghazouani, ancien strasbourgeois, revient sur son licenciement de l'an passé.


 


Il y a un an, vous étiez licencié par le Racing après une garde à vue pour violences volontaires, pour lesquelles vous avez été relaxées, et la participation à un clip de rap. Dans quel état d'esprit revenez-vous au stade de la Meinau?

Ça me fait bizarre. C'était une ville où je me sentais bien, je me régalais sur le terrain. Mais avec tout ce qui s'est passé, c'est obligé que ça me fasse bizarre. Pour moi, Strasbourg-Tours reste une rencontre comme une autre. Je viens à la Meinau pour faire un bon match.


Votre passage au Racing vous laisse-t-il des regrets?

Oui. Je réalisais un bon début de saison après une année difficile à Kiev. J'étais au top, bien dans ma tête. Je m'entendais bien avec le groupe et avec l'entraîneur. Notre objectif était la Ligue1. Sur le terrain, j'ai montré des choses. J'ai aussi prouvé que je m'impliquais même quand j'étais remplaçant. Mais j'ai été jugé sur des trucs qui n'avaient rien à voir avec le football. Ça m'a servi de leçon. C'est du passé mais je n'oublierai jamais les côtés positifs et négatifs de mon passage.


Trouvez-vous que le club a agi dans la précipitation pour vous sanctionner?

Je souhaitais vraiment rester au Racing. Le club ne m'a pas défendu. La décision de me licencier a été prise sans même chercher à savoir si j'étais dans le coup. J'ai vraiment été déçu. La punition, je l'avais déjà eu avec mon nom de famille sali et la garde à vue. Je me suis senti rabaissé car je n'avais rien à voir avec tout ça. Tout est parti en cacahuètes. On peut dire beaucoup de choses sur moi mais je ne suis pas un voyou. Mes parents ne m'ont pas éduqué comme ça et je ne fréquente pas ce monde-là.


En fin de saison, il a manqué un point au Racing pour monter en Ligue 1. Certains pensent que sans votre licenciement, ce point le RCS l'aurait acquis...

(Il coupe) Ce ne serait pas humble de le dire, surtout vis-à-vis de mes coéquipiers. Mais sur le terrain, je donnais tout même quand je débutais sur le banc. Je n'étais plus le petit merdeux de Grenoble. J'avais lâché mon caractère de cochon. Je ne pensais pas qu'à moi mais au collectif. Des points, j'en ai fait gagner contre Dijon ou Bastia. Après le point de la montée, je n'en sais rien.


Source : 20 Minutes