TOURS - CLUB DE FOOTBALL

Toute l'actualité du club de Tours, les résultats et toutes les news en direct ! Blog non officiel et indépendant du Tours FC


Interview Daniel Sanchez : «Prématuré de dire qu'on joue la montée»

Publié par TOURS FOOTBALL CLUB sur 20 Août 2010, 02:40am

Catégories : #Saison 2010-2011 : Ligue 2

Découvrez une interview très intéressante de l'entraîneur tourangeau Daniel Sanchez, interrogé par le site Chronofoot.com.

 

Entraînement TFC 6


Tours est deuxième, c’est une belle surprise ?

J’y porte un intérêt relatif. Le classement ne veut pas dire grand chose après seulement trois journées (2 victoires, 1 défaite). Nous avons pris 6 points, c’est pas mal. Je ne retiens que cela.


Quels sont les objectifs du club cette saison ?

Nous ne nous sommes pas fixés d’objectifs particuliers. Il faut d’abord juger le niveau du championnat, donc de ses adversaires avant de pouvoir dire qu’elle est notre véritable valeur. On va essayer de prendre un maximum de points le plus rapidement possible pour pouvoir se maintenir.


Vous tenez le même discours que Guy Roux ! Tours a fini 11è la saison passée et 6è en 2008, les ambitions de montées doivent être présentes ?
Dire qu’on joue la montée, c’est prématuré. Mais on est ambitieux. Le club se structure à tous les niveaux. On a l’envie, c’est certain. En revanche, les moyens sont limités, nous avons un petit budget. Les histoires comme Arles-Avignon, c’est très rare. Ça arrive une fois tous les 50 ans. Mais on ne manque pas d’ambitions, ni de volonté.


Votre nouvel attaquant Abraham Guié Guié cartonne (2 triplés en 3 matches). Racontez nous son histoire.

Ce n’est pas banal. Mais ça demande confirmation. On m’a dit qu’il y avait un bon joueur à Budapest. Tout est parti d’une information que l’on m’a donnée. Ensuite, il faut creuser, nous l’avons observé, regardé des DVD. On a vu qu’il avait quelque chose. C’était une bonne info (rires) ! Mais c’est un pari. Un pari mesuré que nous associons à Titi-Buengo que nous connaissons bien.


Tours à l’habitude de dénicher de très bons joueurs (Koscielny aujourd’hui à Arsenal et Giroud à Montpellier). Comment vivez-vous la réussite de ces deux joueurs ?

Je suis heureux et frustré. Si on avait pu les garder un peu plus, on jouerait peut-être un autre rôle. Je souhaite vraiment qu’ils réussissent et ils sont en passe de le faire. Mais vous savez, le recrutement c’est une chose. Après, il faut travailler dessus. Ces deux joueurs étaient réceptifs, ils faisaient beaucoup d’efforts et étaient consciencieux. Ils avaient du potentiel et nous avons travaillé pour le développer.


N’est-ce pas rageant de devoir reconstruire son équipe chaque saison ? Un peu à l’image de ce que fait Lorient.


J’ai un peu ce sentiment. Une petite frustration. On bonifie les joueurs mais on n’a pas les moyens de les garder plus longtemps, ne serait-ce qu’un de plus pour s’accrocher au bon wagon.


Justement, ce manque de moyens ne vous pousse-t-il à mieux travailler que les autres clubs ?

Je ne sais pas si on peut dire mieux, ou plus intelligemment, mais nous sommes obligés de travailler différemment. Il faut recruter malin.


Quel est votre secret alors ? Vous avez beaucoup de recruteurs postés un peu partout ?

Non, on n’a pas les moyens (rires). On a un réseau d’informateurs. On passe des coups de téléphone. Vous savez, il y a des bons joueurs un peu partout. Ensuite ce qui est important c’est de bien évaluer le niveau du championnat. Guié Guié était bon en Hongrie, mais que vaut ce championnat ? C’est là que le travail se fait.


Quel type de joueurs cherchez vous en priorité ? Un technicien ou un bourrin ?
Je cherche le joueur qui saute haut, qui frappe fort et bien, et qui va vite. Le joueur complet.

 

Le joueur parfait quoi !

(rires) Plus sérieusement, nous recrutons avant tout des footballeurs, des joueurs de ballons. Un technicien peut devenir un athlète, le contraire est beaucoup plus rare. Je ne veux pas d’un grand costaud qui a les pieds carrés.

 

Quelle est votre prochaine perle ?

Romain Genevois a beaucoup de potentiel.


Vous jouez Evian-TG vendredi, surprenant leader et promu. Vous êtes surpris des performances de ce club ? Les craignez-vous ?
Non, nous n’avons pas peur. Je dis toujours à mes joueurs de n’avoir peur de personne mais de respecter tout le monde. C’est vrai qu’Evian fait un très bon début de saison, mais ce n’est pas surprenant. Ça arrive souvent qu’un promu réalise un bon départ. Ils sont dans la dynamique de la montée. C’est presque logique. Il ne faut pas oublier qu’ils ont survolé le National. Et puis, c’est un club qui a les moyens.


Vous êtes envieux de ces capacités financières ?


Non, pas envieux. Dans le foot chacun vit avec ses moyens.


Vous êtes souvent passé proche de la montée. Vous n’avez pas envie de tenter l’aventure à l’étage supérieure avec un autre club ?

Bien sûr, j’ai envie d’aller en L1. Je ne ferai pas toute ma carrière à Tours, mais quand je suis dans un club je m’investis à fond. Peut-être que je ne serai plus là la saison prochaine, mais je ne raisonne pas comme ça.


Quel est votre modèle ?


Je trouve que ce que fait Arsène Wenger est top. Il prouve tous les ans qu’on peut réussir en conservant des principes et une philosophie de jeu identiques. Il est fidèles à ses idées.



Vous êtes du sud. En ce moment ça ne va pas très bien à l’OM. Ca ne vous tenterait pas une petite aventure sur la Canebière ?

(rires) Vous demandez à un aveugle s’il veut voir !