TOURS - CLUB DE FOOTBALL

Toute l'actualité du club de Tours, les résultats et toutes les news en direct ! Blog non officiel et indépendant du Tours FC


Interview Julien François : «Je n'avais pas le profil»

Publié par TOURS FOOTBALL CLUB sur 17 Juin 2010, 01:05am

Catégories : #Saison 2010-2011 : Ligue 2

Daniel Sanchez préfére des milieux axiaux défensifs percutants, rapides et vifs. Voilà pourquoi Gaetan Englebert n'a pas été conservé et pourquoi le Tours FC a laissé partir Julien François au Havre, en échange d'une petite indemnité.

 

  ju-francois-copie-1.jpg

 

Julien, comment vivez-vous ce départ de Tours ?

« Bien. Mais ce que je vis est paradoxal : je suis à la fois frustré et content. Frustré parce que je n'aime pas quitter un club alors qu'il me reste un an de contrat. J'aime bien aller au bout d'une aventure. C'est paradoxal aussi parce que j'ai disputé 37 matchs au TFC, donc je n'ai pas à me plaindre... »


Et pourtant ?

« Je ne veux pas polémiquer, mais je sentais bien que mon jeu ne collait pas avec ce que désirait Daniel Sanchez. La saison prochaine, cela aurait été compliqué pour moi car je n'avais pas le profil...
Alors que Cédric Daury, l'entraîneur du Havre, me voulait absolument. Il me voulait déjà il y a trois ans quand il était à Châteauroux. Sur le terrain et en dehors, il veut que je sois le meneur. Ça fait du bien d'avoir un coach qui vous fait entièrement confiance et qui vous parle beaucoup. Donc, pour moi, la solution de partir était évidente. D'autant que j'ai visité les installations du Havre et que j'ai été épaté. Je viens m'inscrire dans un projet ambitieux. »


Si l'on a bien compris, vous auriez aimé être le capitaine du TFC ?

« Disons que ça ne m'aurait pas déplu. Oui, j'aurais aimé avoir davantage de responsabilités, être un leader. Mais bon, comme on dit, les responsabilités, il faut aussi savoir les prendre et j'aurais peut-être dû m'imposer davantage. »


Le Havre est un club prestigieux qui a des ambitions de remonter. Un sacré challenge...

« Oui. Mais il faut nuancer. Il n'y a plus d'étiquettes dans ce championnat. Tout le monde peut monter, tout le monde peut descendre. Regardez Arles-Avignon qui monte et Strasbourg qui descend ! »


Recueillis par La Nouvelle République.