TOURS FOOTBALL CLUB

Toute l'actualité du Tours FC, les résultats et toutes les news en direct ! Le blog et rendez-vous des supporters tourangeaux


Une pelouse synthétique à la Vallée du Cher ?

Publié par TOURS FOOTBALL CLUB sur 10 Février 2010, 01:38am

Catégories : #Saison 2009-2010 : Ligue 2


La pelouse des footballeurs du Tours FC est à bout de souffle. Sa réfection s'impose. Faut-il en profiter pour passer au synthétique ? La mairie s'interroge.
 

Tours-Laval 0673


Au centre de bien des controverses, le stade de la Vallée-du-Cher qui fut, en son temps, l'un des plus modernes de France, est aujourd'hui bien fatigué. Chantier prioritaire : la réfection d'un terrain en piteux état.
Les intempéries de l'hiver ont donné le coup de grâce à une surface de jeu qui part en lambeaux. « Après chaque match, on croirait qu'une compagnie de sangliers est passée par là », reconnaît Henri Gauthier, le directeur du service des sports de la ville de Tours. Le moindre tacle arrache, en effet, de larges portions du gazon car la pelouse n'est pas assez enracinée dans le sol.
La faute au pâturin des prés, qui a pris le dessus sur les autres espèces de graminées (fétuque, ray-grass) depuis la mise en service de l'arrosage aérien, en remplacement du matériel d'origine qui ne fonctionnait plus.
 
“ Comme si des sangliers étaient passés par là ”
 
« Ce terrain, inauguré en 1979, a été conçu comme un gros bac Riviera, explique Henri Gauthier. Sous la pelouse, on trouve un substrat d'une quinzaine de centimètres, puis 40 centimètres de sable avec des drains et des tuyaux d'arrosage. Le tout repose sur une bâche étanche qui servait à récupérer l'eau de pluie. »
Au fil du temps, diverses saletés se sont accumulées dans ce savant assemblage, au point de composer un « feutre » qui se comporte comme une éponge, au gré des aléas météorologiques. Quant au système d'arrosage, il s'est peu à peu détérioré – comme le réseau de drains – et a donc dû être remplacé, le remède s'avérant au bout du compte pire que le mal. Et maintenant ? « Nous avons voté une autorisation de programme en conseil municipal pour envisager des travaux, précise Jean-Jacques Place, l'adjoint aux sports de la ville de Tours. Reste à trouver les financements. »
Sans compter les opérations de décaissement, compliquées par un accès malaisé au terrain – seuls des engins de chantier de petite taille peuvent passer – une nouvelle pelouse, à elle seule, coûtera 400.000 euros. Qu'il s'agisse d'une surface « naturelle », en l'occurrence des rouleaux de pelouse cultivés en pépinière et posés comme une moquette pendant l'intersaison, ou synthétique. La municipalité réfléchit à cette seconde option. « Ce type d'équipement existe déjà en Suisse, en Allemagne, aux Pays-Bas ou aux USA, note Jean-Jacques Place. Un match de Ligue des champions s'est disputé sur un terrain de ce genre cette saison à Moscou. Nous allons donc interroger de manière officielle la ligue professionnelle et la fédération française de football. »
Reste à convaincre joueurs et entraîneurs, très majoritairement réticents.


La Nouvelle République

Commenter cet article