TOURS - CLUB DE FOOTBALL

Toute l'actualité du club de Tours, les résultats et toutes les news en direct ! Blog non officiel et indépendant du Tours FC


Le temps est au beau fixe

Publié par TOURS FOOTBALL CLUB sur 10 Juin 2009, 21:07pm

Catégories : #Saison 2009-2010 : Ligue 2


La conférence de presse avec Jean Germain, Frédéric Sebag, Max Marty, Christophe Bouchet, autour de Daniel Sanchez, a scellé un projet ambitieux.
 

http://www.lanouvellerepublique.fr/dossiers/journal/photos/20090610/111066008.jpg


Pas de grande révélation hier après-midi, lors de la conférence de presse du TFC qui entérinait la signature de Daniel Sanchez. Mais une atmosphère sereine, décontractée que l'on n'avait pas connue depuis des lustres. Jean Germain y alla de sa métaphore (très fort) : « Il y a quelques années, la lumière était éteinte car il y avait de l'électricité dans l'air… »
 
Le carnet d'adresses de Max Marty

 
Daniel Sanchez ouvrit le feu, expliquant qu'il était resté à Tours « pour le projet et parce qu'il était en terre de connaissance… » Frédéric Sebag prit le relais en se félicitant de la décision de Daniel Sanchez. : « C'est un signe pour le public qui a apprécié la qualité du football pratiqué par le TFC. En terme d'image, c'est important. Il y a eu aussi des signes importants de la part des collectivités locales. »
En fait, le TFC a fait ses preuves sur le terrain et les collectivités ont suivi le mouvement. « Aujourd'hui, on a des réponses pour le centre de formation, le centre d'entraînement et la première étape de l'agrandissement du stade. »
Jean Germain prit ensuite le témoin : « Le TFC a un style de jeu qui plaît. Ça fait du bien à Tours et au football. La politique de formation lancée par le TFC comble aussi nos vœux, c'est essentiel pour une ville comme Tours. »
Sportif et structurellement, le club du président Sebag est indéniablement sur les rails. Le financement demeure, cependant, le gros point d'interrogation. L'argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue. Le TFC tentera d'augmenter son budget pour se rapprocher du 14 ou 15e budget de L2.
Le TFC s'en remettra une nouvelle fois au carnet d'adresses et à l'entregent de Max Marty pour le recrutement, sachant que le club tourangeau a commencé à gagner de l'argent sur les transferts, une avancée historique à Tours.
En attendant que le centre de formation engendre des bénéfices (vente et émergence de talents) dans les trois ou quatre ans, en attendant aussi que la ville cède le bail du stade au club – ce qui permettra la venue d'investisseurs privés –, le TFC va devoir travailler le court terme, à savoir son secteur commercial. Un secteur pris en main par Christophe Bouchet, lequel va nommer incessamment sous peu un directeur commercial.
Quand on sait que le TFC a atteint 0,6 millions d'€ dans le sponsoring, que Sedan a atteint, en comparaison, 2,5 millions d'€ et Brest 3,6 millions d'€, on se dit qu'il y a là du grain à moudre.
Il y a également du pain sur la planche. Tout le monde en a conscience, Frédéric Sebag le premier.
« Ce serait une erreur de prendre pour référence la saison que l'on vient de vivre. On a réalisé un exploit. En fait, il faut prendre comme référence notre projet de trois ans pour tenter d'atteindre les sommets. »
Mots d'ordre : être patient, ne pas s'inscrire dans l'éphémère, progresser, jouer et marquer… Le reste suivra naturellement.


La Nouvelle République - Jean-Éric Zabrodsky